Si seulement de Magali Inguimbert

couv8518534.jpg

 

Auteure : Magali Inguimbert

Editeur : Hugo Roman

Collection : New Romance

Nombre de pages :308

Prix : 17€

Genre : Drame, Romance, New Adult

 

 

Résumé RetV2

 

Cela fait bien longtemps qu’Alyssa attend d’intégrer l’université de ses rêves. Depuis sa tendre enfance, elle veut devenir étudiante dans cette université de prestige, au point que Yale est devenue son surnom. Quelques jours à peine avant son départ, elle apprend que son voisin va y entrer aussi. Luke est à la fois son ami d’enfance et celui qu’elle a toujours aimé. Et même s’ils se sont un peu éloignés à l’adolescence, Alyssa est ravie de savoir qu’ils se croiseront en cours et sur le campus. Peut-être comprendra-t-elle mieux ce qui les a séparés ces dernières années et, qui sait ? Luke la regardera différemment, comme la jolie jeune femme qu’elle est devenue.

 

Mon avis VetR 2

 

Je tiens à remercier les Édition Hugo Roman pour l’envoi de ce livre !

 

À l’heure où je vous écris cette chronique, il est tard, beaucoup trop tard alors que je dois me lever tôt demain pour aller travailler. Mais je ne pouvais pas attendre pour coucher ces mots sur mon clavier. Je suis en colère, mais avant tout, je suis triste et mon cœur est en miettes. Je regrette d’avoir lu ce roman parce qu’il a fait remonter en moi des souvenirs trop lourds à porter.

En commençant ce livre, j’ai directement senti une atmosphère bizarre. Les personnages étaient connectés sans vraiment l’être. Je ne sentais pas spécialement d’alchimie, c’était comme voir un film sans le son. J’avais la sensation d’être étrangère à l’histoire, comme à distance. Je savais que quelque chose se préparait, mais je ne savais pas quoi. Ce recul était-il inconsciemment une protection ou une réelle sensation due à l’écriture, je n’en sais rien, mais la chute m’a retourné l’estomac.

Attention spoilers !
J’ai dû arrêter ma lecture de ce roman. Je ne pouvais tout bonnement pas continuer, c’était trop difficile, trop douloureux. Luke est malade. Il a une tumeur au cerveau, la même que celle qu’avait ma mère, au même stade, au même tout. Après cette révélation, j’étais paralysée, incapable de revivre les quelques mois qui ont précédé le décès de ma mère dans la peau de Yale. Parce que Yale, c’est moi, cette fille qui a accompagné l’amour de sa vie au bord du précipice. Et en réalité, je n’ai pas besoin de connaître la fin du roman pour savoir ce qu’il s’y passe : Luke va mourir parce que personne ne peut survivre à un glioblastome au stade 4. Alors ils vont passer leurs journées l’un avec l’autre, à profiter de chaque moment comme si c’était le dernier. Mais je ne peux pas, à nouveau, être témoin d’un tel drame. Comme moi, Yale va blâmer le monde entier, Dieu, en grande partie. Elle va mendier, pleurer, hurler, implorer, troquer sa propre vie contre la sienne. Je ne suis pas capable de revivre ce calvaire. Je le lui laisse, j’ai eu ma dose.

Je suis désolée de ne pas avoir été jusqu’au bout, mais je connais déjà la fin de l’histoire.
Le début était lent, je n’ai pas senti de réelle connexion avec les personnages et je pense que, dans d’autres circonstances j’aurais pu être touchée par le sort de Luke. À l’heure actuelle, je le déteste de mourir aussi. Cette colère passera, mais en attendant, je préfère oublier cette histoire et la peine que ce livre a fait resurgir.

Je pense que ce livre est beau voire même magnifique pour quelqu’un qui ne l’a pas vécu. Pour moi, c’est encore beaucoup trop frais…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s