A cinq pieds de toi / Five feet apart de Rachael Lippincott , Mikki Daughtry , Tobias Iaconis

couv57879046

 

Auteurs : Rachael Lippincott, Mikki Daughtry, Tobias Iaconis

Editeur : Albin Michel

Nombre de pages : 320

Prix : 16,90€

Genre : Romance, Drame

 

 

 

Résumé RetV2

 

Stella Grant a dix-sept ans, et elle a passé une bonne partie de sa vie à l’hôpital. Atteinte de mucoviscidose, elle maîtrise scrupuleusement sa situation, enchaînant les to-do list, suivant ses traitements et les recommandations des médecins à la lettre. Alors qu’elle attend une greffe de poumons, elle retourne à l’hôpital pour quelques semaines.
Alors qu’elle suit sa routine quotidienne, elle rencontre un nouveau patient, Will, atteint par la même maladie qu’elle. Malheureusement, le jeune homme souffre également d’une bactérie fatale qui lui interdit toute chance d’obtenir une greffe de poumons. Si Stella l’attrape, elle peut dire adieu à la greffe.
Les deux adolescents ont donc l’interdiction absolue de s’approcher à moins de deux mètres. Malgré cette obligation, Will et Stella se rapprochent peu à peu et tombent amoureux. Ils doivent alors user de stratagèmes pour semer les infirmières et passer du temps ensemble. Très vite, cette distance entre eux ne rime plus avec sécurité, mais avec punition.

Mon avis VetR 2

 

Je tiens à remercier les Editions Albin Michel pour l’envoi de ce roman ! 

 

Cela fait un moment maintenant que je n’ai plus écrit de chronique, j’espère ne pas avoir perdu la main. Si c’est le cas, j’espère que vous ne m’en tiendrez pas trop rigueur.
Juste avant de partir en vacances, j’ai traversé une longue phase de « panne de lecture ». Je n’ai plus lu pendant plusieurs semaines. J’étais incapable de me concentrer sur mes lectures et je n’avais plus l’envie de me plonger dans un roman. Cette pause m’a fait beaucoup de bien. Après plus d’un mois sans avoir ouvert un seul livre, j’ai repris ma liseuse à 10 000 km de Paris et en moins de deux semaines, j’avais lu pas moins de 4 romans (tous des coups de cœur). Je suis passée de tout à rien, puis de rien à tout ! Maintenant que j’ai retrouvé mon univers et mon quotidien, je suis sur un petit nuage.

 

J’ai beaucoup entendu parler de ce roman. Le film dont il est inspiré a fait beaucoup de bruit et la blogosphère ne tarissait pas d’éloges sur ces deux personnages parti perdants à la loterie de la vie. J’avais hâte de pouvoir me faire mon propre avis, de rentrer dans leur univers et d’en apprendre un peu plus sur cette maladie assez méconnue : la mucoviscidose.

Au final, ce livre ne m’a pas trahi. J’ai eu un gros coup de cœur pour ces deux personnages malchanceux qui même dans l’adversité ont continué à se battre. Leur histoire n’a rien de banale et Will et Stella ont un petit quelque chose en plus. Ils sont deux adolescents atteints d’une maladie incurable qui se battent jour après jour pour survivre et rester en vie. Au départ, ils se détestent et pour cause, ils ont l’interdiction formelle de s’approcher l’un de l’autre, leur maladie est contagieuse pour les porteurs de la mucoviscidose. Pourtant, comme chaque fois que quelqu’un nous interdit de faire quelque chose ou nous dit « ne te retourne pas », la tentation est trop forte et ils finissent par se rapprocher sans jamais oser se toucher. Ensemble, mais à distance, ils vont tromper leur solitude, se confier, se livrer leurs secrets et finir par tomber amoureux. Mais comment peut-on aimer une personne que l’on ne peut pas toucher ni même approcher à moins de quelques mètres ? Est-ce que leur survie est plus importante que leur amour ? Vont-ils oser braver l’interdit ? Quand l’amour est plus fort que la vie, pourquoi lutter ?

 

J’ai adoré le personnage de Will, stéréotype même du garçon fort, robuste, grande gueule, mais avec une sensibilité à fleur de peau. Il est l’homme parfait, il est gentil, doux, attentionné et follement romantique. Autant dire que je suis tombée amoureuse de lui dès les premières lignes (je dois être un peu masochiste sur les bords). Et puis je me l’imagine beau comme un dieu alors ça aide !

J’ai eu un peu plus de mal avec Stella qui est trait pour trait une Madame-je-sais-tout, autoritaire, bornée et un peu trop accro aux règles et aux protocoles. M’attacher à elle m’a demandé plus d’efforts, mais au final, son histoire est touchante et les épreuves qu’elle a dû traverser l’a rendent plus humaine. Je me suis rendu compte (trop tard) qu’elle cache sous sa rigidité, un profond mal-être et une immense tristesse.

Ils sont touchants, ensemble comme séparément. Mais comment ne pas ressentir de la compassion pour deux personnes dont la durée de vie est plus que limitée, comme s’ils avaient une date de péremption ? On a envie de les prendre dans nos bras, de les consoler, de sécher leurs larmes et de prendre pour nous une part de leur maladie pour les soulager un peu. J’aurais pris leur place bien volontiers.

 

L’auteure a réussi à me toucher, à m’atteindre aux tripes et à m’arracher des larmes (de grosses larmes). J’ai eu beaucoup de mal à me remettre de ce roman qui m’a ému beaucoup plus que de raison. L’auteure rien qu’avec ses mots a appuyé là où ça fait mal, à jouer sur la corde sensible avec mes sentiments. Ses mots sont forts, percutants, tranchants et ont laissé mes émotions à nu et à vif.
J’aurais voulu avoir près de moi, quelqu’un capable de ramasser mon petit cœur en miette au moment où j’ai terminé ma lecture. C’était intense, déstabilisant et (il faut le dire) assez triste.

 

Grâce à ce livre, j’ai également pu en apprendre beaucoup plus sur la mucoviscidose. En France, on connaît tous Gregory Lemarchal, décédé il y a une dizaine d’années de cette maladie incurable. Pourtant, je ne m’étais jamais vraiment renseignée sur les effets et les traitements. Pour moi, c’était loin, comme une possibilité assez inatteignable. Maintenant, je me rends un peu plus compte de la réalité des choses. C’est toujours loin de ma vie et de mon quotidien, pourtant, grâce à cette lecture, j’ai l’impression de m’être rapprochée, de faire partie d’un ensemble plus grand. J’ai beaucoup de mal à poser mes mots, mais sachez que cette lecture m’a fait réfléchir. Et encore une fois, je me suis pris la fragilité de la vie en pleine figure. J’aurais dû être mieux préparée, le résumé ne laisse pas une grande place à l’incertitude quant à l’histoire, mais je n’étais pas prête à me prendre une si grosse claque. Je ne regrette rien et je relirais ce roman encore et encore, lui qui m’a provoqué un vrai coup au cœur.

 

Alors je ne peux que vous encourager à lire ce roman poignant qui vous pousse dans vos retranchements, tout en vous mettant en garde. : il se peut que vous soyez un peu déprimés après cette lecture voire même un petit peu en larmes. Alors prévoyez un paquet de mouchoirs et un pot de glace pour vous consoler, vous en aurez besoin !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s