Dix jours avant la fin du monde de Manon Fargetton

Processed with VSCO with hb1 preset

 

Auteure : Manon Fargetton

Editeur : Gallimard Jeunesse

Nombre de pages : 464

Prix : 19€

Genre : Dystopie, Jeunesse

 

 

 

 

Résumé RetV2

 

France, dans les années 2010. Des explosions d’origine inconnue frappent la terre. Toute vie est condamnée à disparaître d’ici dix jours. Six jeunes hommes et femmes s’unissent pour mettre fin à cette menace.

Mon avis VetR 2

 

Merci à Gallimard jeunesse pour l’envoi de ce roman !

 

Depuis que j’ai commencé mon expérience de blogueuse, j’ai découvert la plume de Manon Fargetton. J’étais déjà fan de ses romans jeunesse, mais j’avoue nettement préférer l’univers beaucoup plus adulte qu’elle a construit dans « Dix jours avant la fin du monde ».
Je ne m’attendais absolument pas à être transportée de la sorte dans un univers aussi immersif qu’addictif et au final, j’ai eu un énorme coup de cœur pour ce roman !

 

Dans cette histoire, on va suivre plusieurs personnages, qui de prime abord ne se connaissent ni d’Ève, ni d’Adam. Aux portes de l’apocalypse, ils vont devenir compagnons de route et amis d’infortune. Pourtant eux, qui se sentaient si étrangers aux autres, vont se rendre compte qu’en réalité, leurs destins sont reliés par un fil d’Ariane.
Des explosions, venues d’on ne sait où, détruisent la Terre morceaux par morceaux. Ce phénomène se déclenche à l’autre bout de la terre et atteindra la France dans 10 jours. Ils auront alors dix petits jours pour rejoindre la Bretagne, la dernière terre qui sera touchée par les explosions. Dix jours pour vivre intensément, pour s’aimer et pour dire au revoir. Dix jours c’est tellement cours, mais quand il n’y a plus d’espoir, dix jours c’est aussi une vie entière …

 

De la première page de ma lecture, jusqu’à la toute dernière, j’ai vécu les aventures des personnages avec la même intensité qu’eux. J’ai lu ce livre en 48 heures et pendant ces deux jours, je n’ai pas repris contact avec la réalité. C’était difficile de vivre ma vie normalement en sachant que dans mon monde, j’avais encore la vie devant moi, que je n’étais pas en sursis, que le monde n’allait pas exploser. J’étais immergée dans les profondeurs du roman, sans aucune emprise sur la réalité.
J’avais déjà expérimenté cette sensation intense de n’avoir aucune prise à laquelle se raccrocher entre la réalité et la fiction, mais jamais de façon aussi forte et intense. J’étais avec eux, envers et contre tous, peu importe leur destinée, je me suis liée à eux, pour le meilleur et pour le pire. C’était tellement intense, extrêmement immersif, et addictif à souhait. Plus la fin du monde se rapprochait et plus mon cœur battait vite, plus j’avais peur et plus je désirais vivre.

Ce livre est une magnifique ode à la joie, à l’amour et à la vie car malgré la fin du monde, les personnages trouvent tout de même une raison de sourire, de s’aider, de s’aimer et de vivre tout simplement. L’auteure a distillé dans toutes ces pages quelques belles leçons d’humanité, pleine de compassion et d’humilité.

 

En parlant de personnages, chacun apporte quelque chose au roman, une émotion, un caractère, de la douceur ou tout simplement une histoire. Ils donnent chacun une dimension nouvelle au livre et je me suis retrouvée un peu dans chacun d’eux. Six personnages découpés pour au final ne former plus qu’un.
J’ai été bluffée par leur réalisme, leurs sentiments et par leurs réactions face à leur mort prochaine. Ils sont condamnés, rien ne pourra changer leur destinée. Personne ne sauve le monde, personne ne va poursuivre sa vie sur Mars ou ailleurs pour échapper à la grande faucheuse, ils vont mourir et ils le savent. Pourtant l’auteure a très bien réussi à capter leurs sentiments et à les faire ressortir de façon très juste. S’ils avaient été seuls, ils auraient laissé le destin choisir, ensemble, ils se battent et sourient à la vie. Ils se sont montrés sous leur meilleur et sous leur pire jour, parfois si forts mais aussi si faibles. J’aime leur combativité et j’admire leur ténacité.

 

La plume de l’auteure a tout ce qu’il y a de plus beau, addictive et immersive à souhait. Si vraie et si touchante. Je me suis retrouvée dans beaucoup de ses mots et dans toutes ses réflexions sur le sens de la vie.
J’ai appris beaucoup de choses sur moi-même et sur les gens qui nous entourent. J’ai surtout appris que peu importe qui nous sommes, peu importe les aléas, au final, nous sommes tous humains !

Je relierai ce livre encore et encore pour me rappeler que je ne dois pas baisser les bras, que je ne dois pas m’apitoyer sur mon sort, que je ne dois pas avoir peur et surtout que je dois garder espoir. Même si par hasard, mon chemin était déjà tracé, au final, c’est uniquement moi qui ai en main mon destin ! Alors un merci à Manon, parce que c’était exactement le petit coup de pouce dont j’avais besoin !

 

Petit bémol par contre, cette fin qui m’a laissé sur le carreau Je ne m’attendais absolument pas à ce genre de fin. Je me suis sentie un peu trahi par l’auteure et par ses personnages après une fin pareille, comme abandonnée Le point final a mis fin à mon immersion et j’ai dû reprendre contact avec la réalité, sans filet de sécurité. Je ne sais pas où mes personnages sont passés, j’ai dû les laisser, mais qu’ils soient rassurés, je ne les oublie pas !

 

Je ne peux que vous recommander de lire ce roman si vous souhaitez être transporté dans un nouveau monde, avec des personnages touchants et attachants poussés à vivre à l’extrême par le chaos. 

Un commentaire sur « Dix jours avant la fin du monde de Manon Fargetton »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s