It’s raining love d’Emma Green

Processed with VSCO with hb1 preset

 

Auteure : Emma M. Green

Editeur : Addictives

Nombre de pages : 468

Prix : 15,90€

Genre : Romance, New Adult

 

 

 

 

Résumé RetV2

 

En allant se mettre au vert dans la campagne anglaise, Pippa espère fuir les casseroles qu’elle traîne malgré elle : son foutu ex qui l’a larguée en direct sur un plateau télé, sa mère poule qui n’a de cesse de la couver depuis vingt-quatre ans et sa tripotée de soeurs sur qui elle ne peut jamais compter. Alors que l’actrice londonienne vit son pire cauchemar, elle rencontre le British le plus arrogant, le plus égoïste et le plus charming qui soit. Petit problème : ils ne peuvent pas se supporter. Gros problème : Alistair Blackwood lui demande de l’épouser, de tout plaquer et de s’installer dans son manoir d’aristo. Pour de faux, juste pour une sombre histoire d’héritage et d’ego. Une proposition qu’elle ne va pas pouvoir refuser… Entre eux, tout a très mal commencé… Mais ça pourrait finir bien pire !

 

Mon avis VetR 2

 

Je tiens à remercier les Éditions Addictives pour l’envoi de ce roman !!

 

Il est de notoriété publique que les deux auteures qui forment les Emma Green sont mes deux auteures françaises préférées ! Je possède tous leurs livres (sauf un, « Corps impatient » et il faut très vite que je remédie à cette situation). Il fallait donc absolument que je lise le dernier en date ! Je fais une confiance aveugle à ces auteures, elles peuvent me confier n’importe quelle histoire, je les suivrais les yeux fermés. Entre leurs mains, je me sens chez moi !
Pourtant avec « It’s raining love », j’ai bien cru à un loupé (ça peut arriver même aux meilleures) mais elles se sont vite rattrapées et au final, j’ai adoré ma lecture et j’ai même versé une petite larme à la fin.
J’ai pu discuter avec elles deux au Salon du livre de Paris la semaine dernière et j’ai surtout pu leur dire tout ce que j’avais sur le cœur et que je vais vous partager ici. Je vais en profiter également pour vous donner les réponses que j’ai eu au sujet de leur prochaine parution !

 

Dans cette histoire, on fait la connaissance de Pippa, jeune star de cinéma à Londres. Elle est la sœur cadette d’une fratrie de trois filles totalement tarées mais merveilleusement touchantes. Quand elle se fait larguer en direct par son petit ami/producteur/metteur en scène de la série à succès dans laquelle elle joue, se sœur ainée lui dégotte en vitesse une cure de thalasso avec massages à gogo dans un endroit reculé au fin fond du Berkshire anglais. Avec ses deux valises sous le bras, Pippa débarque dans un monde de fou. Elle se rend vite compte que la vie qu’elle va devoir mener pendant un mois à « Finding yourself » va être plutôt rude. Comble de son malheur, elle fait la rencontre d’Alistair Blackwood, un homme sexy en diable mais carrément horripilant. Tous les deux vont s’entendre comme chien et chat et pourtant ils vont former une alliance pour mettre les voiles de ce camp/secte le plus vite possible. Armés de leur seul courage pour bagage, ils prennent le large, laissant derrière eux, leurs valises et leur dignité. Ils arrivent au manoir Blackwood et après un bon paquet de tergiversations, Alistair propose à Pippa un pacte avec le diable : l’épouser. Lui a besoin de se marier avant 30 ans pour pouvoir toucher l’héritage de ses parents et Pippa à besoin d’une nouvelle image pour relancer sa carrière. Elle n’hésite pas longtemps avant d’accepter sa proposition. Une chose est certaine, ils se détestent et l’année qu’ils vont devoir passer aux côtés l’un de l’autre va être des plus difficiles à supporter.
Ils vont s’épouser pour de faux, mais pourront-ils s’aimer pour de vrai ?

 

Dès le départ, j’ai eu beaucoup de mal avec la secte dans laquelle ils arrivent. Les organisateurs vont les dépouiller de tous leurs effets personnels. Plus de portable, de maquillage, de vêtements, de sous-vêtements et de chaussures. Ils devront passer le mois dans une tunique en lin informe qui gratte, sans sous-vêtement et pieds nus. Quand on connait le taux de précipitations en Angleterre, rien que d’imaginer leurs pieds nus tremper toute la journée dans de la boue, ça me donne envie de vomir (j’ai l’image dans ma tête et ce n’est pas beau à voir). Toutes les heures impaires, le silence est requis et ils ne mangent qu’un seul repas très très frugal par jour. Je crois qu’à l’énoncé des conditions de vie dans ce camp de pseudo vacances, j’aurai pris mes jambes à mon coup. Je ne sais pas pour quelle raison, Pippa a décidé de rester, surement pour prouver à ses sœurs qu’elle était capable de tenir, plus rien ne retenait à Londres de toute façon. Le résultat étant qu’elle l’a fait. Pour moi, en tant que lectrice, tout ce passage à la secte a été assez difficile à supporter. Je me suis même posé la question de savoir si je n’arrêtais pas ma lecture. Les cent premières pages ont été quelque peu compliqué.
Au moment où ils ont quitté cette secte absolument grotesque, j’ai mieux respiré. Ils sont arrivés au manoir et mon cœur s’est relâché. Et enfin l’histoire a enfin pu réellement commencer.

 

Comme à leur habitude, les Emma Green m’ont mis en joie. Entre piques acerbes et réaction hilarantes, j’ai passé un très bon moment de lecture. Le meilleur dans l’histoire a été de les voir tomber amoureux chacun de leur côté. Ils devaient se marier mais pas tomber amoureux, le deal était clair. Je ne sais pas qui est tombé le premier, mais leur rapprochement était vraiment beau à voir.

 

J’ai adoré le personnage d’Alistair, haut en couleur. Il est beau comme un dieu (malheureusement les auteures m’ont dit qu’il ne ressemble pas à la photo de la couverture … elles m’ont donné le nom de l’acteur qui l’incarne, mais j’ai oublié …). J’aime sa répartie et son caractère bien trempé. Il se fiche des convenances avec Pippa, il la maltraite, l’agace, dans le seul but de rester loin d’elle pour ne pas avoir à ouvrir son cœur. Il a ce petit côté prince pas si charmant qui me fait totalement craquer. Si pour trouver l’amour de ma vie je dois aller vivre au fin fond du Berkshire, alias le trou de fesses du monde, je signe quand vous voulez !
Le personnage de Pippa en revanche c’est une autre histoire. Quand elle a débarqué à Finding yourself c’était une fille capricieuse et superficielle, qui passait son temps à se plaindre de tout et tout le temps. J’ai détesté son côté princesse et un peu Madame Je-Sais-Tout. Pour moi elle incarnait parfaitement le stéréotype de la star de cinéma hors de son élément. C’est en discutant avec les auteures que j’ai compris son comportement. Elles m’ont demandé si à sa place, je n’aurais pas passé mon temps à me plaindre. La réponse est évidente, j’aurais été mille fois pire. Maintenant, avec un peu plus de recul, je la comprends.
Quand elle est arrivée au manoir d’Alistair, elle a totalement changé. Elle s’est intéressée aux autres, a pris soin de son futur mari, de sa famille et de ses amies. Elle a voulu commencer une nouvelle vie. Je trouve son courage épatant (je ne peux pas vous dire pourquoi, c’est à vous de le découvrir tout seul).

 

Quoi qu’il en soit, cette lecture a été fabuleuse ! Les Emma Green ont encore fait mouche et ce livre mérite d’être lu par le plus grand nombre. En réalité leur plume mérite d’être connue à travers le monde.
La plume des Emma Green si vous ne la connaissait pas encore est à la fois addictive et poignante. Vous pouvez pleurer de rire et être ému aux larmes en deux pages. Elles ont la capacité à jouer avec les sentiments du lecteur avec une facilité déconcertante. Mes émotions font souvent le yoyo. Et j’y retourne à chaque fois, encore et encore parce que j’adore ça ! Entre remarques cinglantes et réflexion introspective sur le sens de la vie, il y en a pour tous les gouts !
Faites leur confiance vous aussi, vous ne serez jamais déçu !

 

Pour ce qui est des quelques questions que j’ai pu leur poser, leur prochain roman « The boy next room » sortira d’ici quelques mois, très certainement cet été. Un autre est en cours d’écriture et il aura pour thème : le pardon. Peut-on pardonner à quelqu’un qui nous a fait énormément souffrir ? Et surtout, comment pardonner ?
J’espère avoir l’occasion un jour de pouvoir les interviewer réellement pour avoir des réponses plus concrètes à mes questions ! Je vous tiens au courant !

Un commentaire sur « It’s raining love d’Emma Green »

  1. Super chronique qui m’a encore plus convaincue de lire ce livre et je pense que ce sera mon premier roman de ces deux auteures (même si j’ai Corps impatients dans ma PAL)
    J’avais lu un extrait donc le début de ce livre et je me suis toute de suite accrochée à leur plume mais comme toi, l’héroïne ne me plaisait pas tant que ça…Et avec ton avis, je me sens plus rassurée pour la suite 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s