Interview de Battista Tarantini sur « Orion – ainsi soient les étoiles »

Hello tout le monde !

Aujourd’hui, je reviens avec un article un peu spécial : une interview !

Processed with VSCO with hb1 preset

J’ai eu l’immense honneur de pouvoir poser quelques questions à l’auteure de « Heroes », Battista Tarantini, pour qu’elle puisse elle-même vous présenter son nouvel opus « Orion – Ainsi soient les étoiles ».
Si vous avez lu ma chronique sur ce roman, vous savez maintenant que ce livre a été ma plus belle lecture de l’année 2018, une véritable découverte et un coup de coeur grandiose !
Je me devais de vous faire vivre et partager cette histoire comme moi je l’ai ressenti parce que ce livre mérite d’être lu par le plus grand nombre !
Si vous n’avez pas encore lu ma chronique je vous invite à cliquer sur le titre du livre un peu plus haut et vous comprendrez pourquoi j’en parle avec autant d’enthousiasme et de passion !

 

07BTarantini ©KarineCouppez

 

 

Alors avant toute chose, je tiens à remercier l’auteure elle-même pour avoir pris le temps de répondre à toutes mes interrogations de manière si juste et de continuer à faire vivre, à travers ces quelques phrases, mes personnages préférés ! Et merci à Hugo Roman qui m’a offert l’opportunité de pouvoir assouvir ma curiosité et surtout pour m’avoir fait confiance pour cette interview !

Un peu plus sur l’auteure

 

05BTarantini ©KarineCouppez

 

Battista Tarantini a trente-deux ans et vit en Corse. Le jour, elle enseigne. La nuit, elle écrit des histoires d’amour au goût d’adrénaline qui plongent ses lectrices au coeur des univers qu’elle admire depuis toujours. Après l’aviation militaire, le tennis et la cuisine de haut vol, l’aventure continue…

★ ABOVE ALL , série en 3 tomes : Embarquer, Résister, Décoller.
Disponibles en format papier et numérique – HACHETTE BMR

★ JEU SET MATCH, série en 2 tomes : Principessa, Regina.
Disponibles en format papier et numérique – HACHETTE BLACK MOON ROMANCE/MARABOUT

★ LOVE CHEF, standalone.
Disponible en format numérique – HACHETTE BLACK MOON ROMANCE

★ ICE CHRONICLES, nouvelle.
Disponible en format papier et numérique à la fin du tome 3 de la série ABOVE ALL.

★ VICTOIRE, nouvelle.
Disponible dans le numéro 69 d’ATTITUDE RUGBY.

★ HEROES, standalone.
Disponible en format papier et numérique – HUGO&CIE/NEW ROMANCE.

★ Orion, série en deux tomes : Ainsi soient le étoiles, Les étoiles ne meurent jamais (sortie le 7 février 2019)
Disponible en format papier et numérique – HUGO&CIE/NEW ROMANCE.

 

 

Résumé RetV2

NE TOMBE PAS AMOUREUSE DU DIABLE, LEO…

Première danseuse de la compagnie, premier rôle dans un ballet, Leo Kats est sur le point d’atteindre le sommet de sa jeune carrière : elle sera Nikiya dans la Bayadère qui se jouera à l’Opéra de Sydney. Les années de travail, intenses et douloureuses, ont porté leurs fruits, mais la jeune femme est fébrile et encore trop peu confiante à l’aube de sa consécration.

Quelques jours avant la représentation, Orion Atlay, illustre chorégraphe français, s’invite au Temple, l’école de danse de la compagnie, pour y créer un ballet irrévérencieux. Dès la première seconde, Orion veut Leo, lumineuse, parfaite et docile. Un combat s’engage. Obsédé par la jeune femme, Orion tente de la convaincre de danser pour lui afin de mener à bien d’obscurs projets.

 

Voici maintenant les questions qui m’ont taraudé l’esprit pendant toute ma lecture ! J’espère que ces quelques réponses vous donneront envie de lire ce roman (qu’il faut absolument lire) ou sinon qu’elles sauront, comme pour moi, vous aider à mieux comprendre Léo et Orion !

 

•Pourquoi avoir choisi cette constellation d’Orion, d’où vous vient cette idée ? Et pourquoi avoir choisi Perséphone, ce ballet si peu chorégraphié ?

Je crois que c’est la constellation qui m’a choisie ! Dans Heroes, mon roman précédent, mes héros invoquent les étoiles. Z les connaît même particulièrement bien ; il présente Orion à Grace, une nuit. J’ai cette manie de lier tous mes textes entre eux, d’une manière ou d’une autre, et il m’a paru évident de continuer à faire briller les étoiles. À cette époque, j’avais un autre projet en tête qui a été éclipsé un beau matin par celui d’une histoire dans le milieu de la danse. Une histoire d’Étoiles pleine d’ombres. 

Pour Perséphone, je n’ai fait aucune recherche avant de décider qu’il serait le mythe autour duquel Orion créerait. Mes personnages incarnaient parfaitement Perséphone et Hadès, depuis le début. J’ai créé comme ça tout du long, ce n’est qu’après que je me suis intéressée à ce qu’avaient fait d’autres chorégraphes ; effectivement, peu d’entre eux se sont penchés sur la question, et les rares qui l’ont fait ont repris un ballet crée dans les années 30.

 

•Vos deux romans se passent en Australie, pourquoi avoir choisi de faire vivre vos histoires dans ce pays ?

On appelle le désert australien le cœur rouge. Il fut un personnage à part entière dans Heroes. J’y ai posé mes bagages à la fin de cette histoire, en même temps que Grace, avant de repartir du même endroit. Leo y est née, elle y a appris tout ce qu’elle sait et va remettre en question. Alors l’Australie s’est fait soudain hostile après avoir été accueillante quelques mois auparavant ; ça m’a semblé parfait, en adéquation avec ce cheminement permanent de mon écriture d’une histoire à l’autre, d’une année à l’autre.

 

•Qu’est-ce que le thème de la danse classique représente pour vous ?

06BTarantini ©KarineCouppezJ’ai dansé, pas autant que Leo, et plutôt de loin en loin, mais assez pour avoir envie de m’intéresser à ce qui se passe quand la lumière disparaît de la scène.

De manière générale, mes héroïnes se mettent à l’épreuve dans mes romans ; la danse m’a semblé être l’écrin idéal pour explorer des thèmes comme l’abnégation absolue, le dépassement de soi, au nom d’une nouvelle cause : l’art. 

 

•Dans le monde des danseurs classiques professionnels, la drogue est-elle monnaie courante ou est-ce une anecdote totalement inventée de votre part ?

Je ne l’ai pas inventée… Quelques affaires ont éclaté au grand jour ces dernières années. Les danseurs sont des sportifs de très haut niveau, dont le corps souffre en permanence ; c’est une forme de dopage pour durer, être plus performant. 

 

•Orion est-il un personnage totalement imaginaire ? Est-il emprunté à une personne réelle ?

Non ! Je l’ai vu comme ça, d’emblée, dès la première version du texte que j’ai écrit très vite. Et je l’ai imaginé blond, échevelé, un brin mégalo, très inspiré et totalement imprévisible ! Après, il a été amusant de trouver des ressemblances avec telle ou telle personnalité de la danse, danseur ou chorégraphe – des ressemblances fortuites, donc !

 

•Pourquoi avoir choisi de faire vivre un personnage si torturé dans une
histoire aussi sombre ?

Parce que la danse ne m’inspirait pas autre chose, et qu’il me fallait un personnage à la hauteur de ses ombres pour l’incarner comme telle. 

 

•Est-il facile pour vous d’écrire du point de vue masculin ?

Oui, et j’aime vraiment ça. À la fois parce que cela donne du rythme à un texte, et parce que cela permet de travailler plus profondément la psychologie des personnages. De toucher le fond deux fois plus intensément, le cas échéant ! Et cela a été le cas avec Orion…

 

02BTarantini ©KarineCouppez

 

•A quel personne vous identifiez-vous le plus ?

À Leo ! Mais je ne peux pas vous dire pourquoi ! 

 

•Quel personnage a été le plus difficile à « faire vivre » ?

Leo, dans le tome 1, à qui Orion insuffle une pulsion de vie dont elle ne sait que faire. 
Orion, dans le tome 2, littéralement… 

 

 

•Est-ce que ce livre a été pour vous, un moyen de vous libérer (comme pour votre personnage de Léo) ?

Il y a une forme de libération dans l’acte d’écriture, d’une manière ou d’une autre. Disons qu’Orion est le texte où j’ai écrit ce que j’ai appris, ce que je sais, sous une forme fictive et romancée. 

 

•En combien de temps avez-vous écrit « Orion » (tome 1 et 2 confondu) ? Aviez-vous une idée générale de l’histoire et de la fin ?

Un an et demi, des premiers jets aux remaniements, en passant par l’élaboration du tome 2 en apnée totale ! C’est le manuscrit où j’ai laissé le plus de plumes. 

Je savais où je voulais en venir, depuis le début, et ce pour mes deux personnages. Je me suis néanmoins interrogée sur la toute fin de cette duologie durant toute l’écriture sans que cela ne change la trame d’un degré. Vous comprendrez le 7 février… 

 

•Que nous réserve la suite des aventures d’Orion et Léo ?

Des surprises ! De nouvelles rencontres, décisives. De l’adrénaline, pour changer ! D’autres scènes de danse, de création. Et puis une terrible lutte… 

 

04BTarantini ©KarineCouppez

 

•Avez-vous d’autres idées de romans ?

Oui ! Toujours ! Ça semble encore très sombre à première vue, mais il se peut aussi que je change d’avis un beau matin ! Ce sont les muses qui décident, et les trucs qui vous tombent dessus une fois, deux fois… OK, à la troisième, c’est qu’il faut en faire quelque chose dans un bouquin ! 

 

 

 

•Combien de temps passez-vous à écrire par jour ? Et comment ?

À peu près deux heures par jour. J’écris après la classe désormais, après avoir été un oiseau de nuit durant quelques années. J’écris les grandes lignes de mes romans dans des carnets, j’y compile des listes d’idées, et je finis toujours par composer sur mon ordinateur.

 

•Avez-vous toujours eu envie de devenir auteure ?

J’ai surtout toujours aimé me raconter des histoires ! Seule, ou en entraînant les autres avec moi. Un jour, j’ai essayé d’écrire, après avoir cru longtemps que je n’en étais pas capable. Dix ans plus tard, je raconte l’histoire d’une fille qui avait peur d’être libre, jusqu’à ce que l’univers fasse en sorte qu’elle croise le chemin d’une âme aussi tourmentée et emprisonnée que la sienne. Dix ans plus tard, je suis heureuse de m’être lancée, dans cette folie. 

 

J’aurais voulu poser plus de questions à l’auteure, rentrer dans sa tête pour savoir d’où sortent Léo et Orion, mais toute bonne chose a une fin … (malheureusement)
« Orion » sort en librairie demain (le 3 janvier 2019) ! J’ai été ravie de pouvoir vous présenter cette petite pépite qui j’espère saura conquérir votre coeur de la même façon qu’elle a conquit le mien ! Donner une chance de chambouler votre vie !

Si je n’ai pas réussi à vous convaincre peut être que d’autres sauront le faire mieux que moi ! J’ai réussi à trouver quelques blogs qui ont chronique « Orion » ! Voici le liens vers leurs avis !

 

Merci encore pour cette découverte, pour cette révolution et pour toutes ces réponses !
A vos librairies, le compte à rebours avant le coup de coeur est lancé !

Alors qu’est ce que vous attendez ?! 

03BTarantini ©KarineCouppez

 

6 commentaires sur « Interview de Battista Tarantini sur « Orion – ainsi soient les étoiles » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s